Catégories
Concert Spectacle

BERLIOZ HECTOR ETERNELLE ESTELLE (MUSIQUE EN DIALOGUE AUX CARMÉLITES)

Sarah Laulan, mezzo-soprano
Sandrine Tilly, flûte
Sébastien Llinares, guitare et transcription
Philippe Tribot, violoncelle
François Castang, récitant

En la ravissante Chapelle des Carmélites, joyau du patrimoine toulousain, trois des plus riches époques de la musique -baroque, classique, romantique- sont déclinées à travers le portrait de leurs grands représentants réunis ici par la lettre B.

Au-delà de ce lien alphabétique, le point commun entre ces concerts est le choix des textes, partie intégrante de la vie des compositeurs : la correspondance de la famille Bach, le testament d’Heiligenstadt de Beethoven, les mémoires et lettres de Berlioz. Ce ne sont pas des illustrations littéraires mais bien des pages de l’existence de ces musiciens où les notes mariées aux mots donnent un sens particulier à cette édition qui offre trois créations et un succès déjà reconnu.

Et, pour la première fois ici, un spectacle où le langage n’est pas vocal mais corporel, où les danseurs dialoguent avec le violoncelle, le Hip Hop en harmonie avec les Suites de Bach, danses brillantes et intenses.

Esprit novateur et critique musical sévère mais compétent,
loin de la caricature de l’artiste romantique échevelé, Berlioz
était un être profond et sensible. Au-delà de ses amours tumultueuses il restera toute sa vie fidèle à son premier amour, Estelle,
connue lorsqu’il avait 12 ans et retrouvée à 61 ans. Trop tard ?
Aujourd’hui je suis vieux et veuf, ma chère Estelle, songez que je
vous aime depuis quarante-neuf ans, que je vous ai toujours aimée depuis mon enfance, malgré les orages de toute espèce qui
ont ravagé ma vie » (Lettre de Berlioz à Estelle, 27 septembre
1864). Nous pourrions nous marier, qu’en pensez-vous ? La musique et l’amour sont les deux ailes de l’âme.
Composées pour grand orchestre les œuvres berlioziennes
choisies sont spécialement transcrites pour un trio instrumental
inédit : Sandrine Tilly à la flûte dont Berlioz jouait, Philippe
Tribot au violoncelle et Sébastien Llinares à la guitare qui était
l’instrument de prédilection du compositeur. La chaude voix de
Sarah Laulan donnera vie aux personnages imaginés par Berlioz
dont les Mémoires seront lus par François Castang

MUSIQUE
Hector Berlioz (1803-1869)
Transcription : Julien Costa
extraits de la Symphonie fantastique (Rêveries, Passions / Romance d’Estelle), Les Nuits d’été, La mort
d’Ophélie, Les Troyens (mort de Didon).
TEXTE
Philippe Hussenot à partir des Mémoires
d’Hector Berlioz, Édition Michel Austin

Concert suivi d’une dégustation offerte par la cave Cash vin,
Toulouse et St Orens (31) et La Ferme aux Téoulets, Merville (31)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *